Forum général sur Warhammer 40000

forum général sur warhammer 40000
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 71 le Mar 10 Mar - 17:51

Partagez | 
 

 [Nouvelle] : -- Sale boulot --

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bluzz



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 11/02/2015

MessageSujet: [Nouvelle] : -- Sale boulot --   Ven 13 Fév - 16:27

Salut.
"Jonction. Bidonville de la sous-ruche Primus, capitale de Necromunda. Il y'a des fois ou le hasard arrange bien des choses. Tout dépend pour qui."

_______________________________

-- Sale boulot --

L'écho d'un grondement lointain rebondit de versant en versant. C'est le genre de bruit qu'on n'a pas l'impression d'entendre mais plutôt de ressentir, comme s'il venait de l'intérieur. Quel en était la source ? Une explosion, un éboulement. Rif n'en savait rien. Les deux peut-être. Il leva la tête. Tentant d'apercevoir un signe. Un nuage, une lueur. Il n'y avait rien. Que l'obscurité.
- Hey Rif ! Tu rêves ? Lança son frère.
- Non non. C'est bon.
- Ça va pas se ramasser tout seul ! Remet toi au boulot.
Il soupira intérieurement. Il pourrait s'enfuir. Pour aller où ? Le monde est vaste, mais le sien, pas tant que ça. On aurait vite fait de le retrouver. Une humiliation de plus, mais qu'il ne voulait pas vivre.
Il sortit de ses pensées. Ses bottes crasseuses remuaient la terre. Du moins ça y ressemblait. Il n'en avait jamais vu d'ailleurs. C'était son nom dans le coin en tout cas. Son nom à cette matière sombre et graisseuse qui pue et noircit tout.
Il lui fallait trouver quelque chose. Quelque chose à vendre. Il regarda son frère qui creusait une motte de… quelque chose. Il en sortit un objet de la même couleur que le sol. Le frotta un peu, souffla dessus. Le regarda avec une moue déçue. Pour finalement le glisser dans sa besace qui pendait à son côté.
Rif alla vers la gauche du canyon de débris et contourna une colonne de béton à moitié écroulée. Sur la paroi de gauche, une tuyauterie fendue laissait s'échapper un goutte-à-goutte de liquide verdâtre. La plaque de béton en-dessous en était recouverte depuis longtemps et ça dégoulinait au sol dans une flaque nauséabonde, tremblotant à chaque goutte qui y terminait sa chute. Il fit encore quelque pas.
Au détour d'un empilement de fût rouillés, il aperçut une carcasse un peu plus loin. C'était bon signe. Toujours mieux que de fouiller un monticule gluant. C'était un excavateur. Encore en position de forage. Sans doute était-il tombé en panne depuis longtemps et avait été laissé en plan.


***


La mission du chasseur était claire. Il fallait récupérer l'objet. Le livrer et c'est tout. Facile.
Facile… Ou pas. Dans la sous-ruche il se passe tout un tas de choses. Tout est laissé au hasard. Pas de certitude. Que de la chance… ou de la malchance et ç'en est fini.


***


Il l'inspecta. Tourna autour. Il était presque entièrement désossé. Sans doute n'était-il pas le premier à le visiter. D'ailleurs le compartiment moteur n'était plus qu'un trou béant d'où quelques tuyaux et fils pendaient encore. Il s'approcha. Il n'y avait rien. Déçu, il était sur le point de l'abandonner lui aussi à sa déchéance lorsqu'un détail attira son attention. Un détail qui n'avait pas lieux d'être. L'engin était auparavant de couleur jaune comme en attestaient les quelques plaque de peinture qui n'étaient pas encore partie en poussière. Seulement, un objet métallique gris était accroché au plafond de la cabine. Il ne semblait ni rouillé ni dépravé comme le reste. C'était un cylindre peu épais. Plus un disque, de trois ou quatre centimètres d'épaisseur pour une quinzaine de diamètre. Rif tendit le bras par l'écoutille depuis longtemps arraché et voulut s'en emparer. Le disque ne bougeât pas. Il se glissa à l'intérieur de l'excavateur. Même lui trouva ça bien exiguë. Dire que des hommes travaillaient là-dedans un nombre interminable d'heure. Et pour quoi. A peine de quoi nourrir leur famille. Il tira à deux mains. Ça lâcha d'un coup dans un "glong" métallique. Il y'avait un fixateur magnétique. Ce n'était pas très lourd. En tout cas ça ne semblait pas faire partie de l'appareil. Trop propre, mais pourtant d'apparence artisanale.
Soudain, une clameur bestiale résonna dans le dôme abandonné. Rif sursauta. Il sortit précipitamment de l'engin. Fit un tour sur lui-même en quête d'un signe. Peu rassuré il rebroussa chemin. Qui sait quelles créatures vivent dans les recoins de la basse-ruche ?


***


D'après ce que lui avait dit son maître, c'était cachée dans une carcasse d'excavateur. Sans plus de précision. Autant chercher une aiguille dans un marécage. Qu'elle mission merdique.


***


Une minute plus tard, il vit son frère avec soulagement. Toujours en train de fouiller le sol. Celui-ci l'aperçut :
- T'étais où encore… T'es chiant Rif t'sais ça ?!
- Hey, r'garde c'que j'ai trouvé, dit fièrement le kid.
- Qu'est-ce qu'c'est qu'ça ? Donne voir.
- Non, non, c'est toujours toi. Cette fois c'est moi qui l'ramène.
- Aller, t'sais même pas quequ'c'est. T'vas lui dire quoi au Gros. Laisse-moi faire. J'sais y parler.
- J'ai dit non ! Et il tourna les talons en direction de Jonction.
- Hey ! Reste ici.
- Non j’rentre, c'est p'têtre important, lança-t-il par-dessus son épaule.
- Pffff important. Y'a rien qu'est important ici. S'rtout pas toi. Hey, reviens ici. Rif était déjà partit en trottinant.
- Hey ! R'viens là crevure. Si j' t'attrape… »
Jan se lança à sa poursuite. Avec l'obscurité ambiante, il était facile de disparaitre. Surtout pour un môme. "T'es où morveux ?" songea Jan en regardant aux alentours.
Un bruit sifflant venant de sa droite attira son attention. Il tourna vivement la tête.
- Jan ? Jannn ! Viens voir. Interpella Rif de la voix la plus basse possible. Il était caché derrière une caisse toute cabossée.
- Toi j'vais…
- Chhhhut. Fit-il d'un geste hystérique.
Il désigna un monticule rouillé et dégoulinant à environ cinquante mètres devant. Jan regarda. Il s'accroupi aussitôt, les yeux écarquillés. Oui, il y'avait quelqu'un. Une ombre accroupie sur un monticule de pièces détachées. Jan rampa jusqu'à son petit frère.
- Je crois qu'il nous a pas vu, dit ce dernier à voix basse.
- T'as vu qui c'était ?
- Non. L’est apparu d'un coup.


***


La silhouette accroupie dans l'ombre sur un tas de machineries d'une autre époque et de tôle observait les environs. A part les deux petits bouseux qu'il avait aperçu tout à l'heure, traînant dans les débris il n'y avait pas âme qui vive. C'était presque trop calme. Ne soyons pas trop sûr, on ne sait jamais. Elle se glissa parmi les vestiges de ce qui faisait encore partie de Jonction il y'a quelques temps. Dans les ombres, toujours en traque.


***


- Allons-nous-en. Pas envie de m'faire choper par c'type. A tous les coups c'est un ganger qui rôde, ou un chasseur de prime, dit Jan apeuré.
Rif ne quittait pas l'homme des yeux. Il acquiesça de la tête. Les deux kids rampèrent rapidement de tas de déchets en bloc de béton traînant ici-et-là. A couvert. Lorsqu'ils furent suffisamment loin, ils partirent en courant vers Jonction, vers le tripot du Gros.


***


- Où t'as trouvé ça p'tit ? Dit le Gros en lâchant une volute de fumé de son cigare artisanal.
- Euh…
- Ben aller, parle donc, j'vais pas t'manger… Dit-il en se penchant vers lui un sourire en coin. P'têtre après, rugit-il en se redressant d'un coup. Et il se mit à pouffer d'un rire gras. Les autres en firent de même, quand le maître rit, la cour rit.
- J'l'ai trouvé dans l'dépotoir m'sieur… euh…l'dépotoir dans l'ancien Jonction.
- Ah ouais ? Et t'en veux combien… MONsieur ? Hein ? lui lança-t-il avec un clin d'œil. Puis il regarda ses hommes d'un air moqueur.
- Euh… ben… chai pas. 1000 crédits ? Répondit benoîtement Rif.
- Ok pour 1000 ! Le temps d'envoyer un message à l'Empereur pour lui réclamer c'qui m'doit RAHAHAHAHA !
Rire dans l'assemblée. Il s'arrêta soudainement de rire. Se pencha à hauteur de Rif, le disque dans une main, un doigt le désignant de l'autre main.
- Ecoute p'tit. Tu vois ça ? C'est rien d'autre qu'un système de contrôle d'aération du d'ssus. Vaut pas grand-chose…non. Mais bon ! Par ici-bas, y'a des trucs qui peuvent servir, tu vois. Mais c'est ta première fois. T'as l'air d'un brave p'tit gars. Alors j'vais t'encourager. »
Il s'approcha d'une armoire basse derrière lui. Ouvrit un tiroir et en sortit un sac de tissus raccommodé. Il se retourna et lui lança au niveau de l'estomac. Rif se courba légèrement sous le choc.
- Tiens, j't'en file 30. Et c'est un prix d'ami crois-moi.
- Euh…
- T'as quelque chose à ajouter ?
- Euh, non… mais.
- Alors bye bye. Et il fit un signe de menton à un de ses gros-bras.
Un colosse l'attrapa par les épaules, ses pieds ne touchaient déjà plus terre.
- Vient par ici p'tit. Il se débattit sans conviction. Que pouvait-il faire ?
Il n'eut rien le temps de dire que le type l'avait déjà posé dehors sans trop de ménagement.
- Aller va-t'en, c'est pas un endroit pour les gosses ici.
Jan était de l'autre côté de la rue. Appuyé contre une échelle rouillée. Le garde ne l'avait pas laissé entrer. Lui non plus n'avait rien pu faire.

Les deux frères marchaient dans la ruelle. Jan marchait vite, les mains dans les poches, l'air renfrogné. Rif trottinait en arrière, ayant du mal à suivre la cadence.
- Jan ! Attends-moi.
- C'est d'ta faute. J't'avais dit de m'laisser lui parler. 30 crédits. Qu'est-ce qu'on va foutre avec ça ?!
- Mais. Attends, la dernière fois…
** BRAOUHUOUMMMMM **
Ils sursautèrent. Le sol trembla. Des objets tombèrent ici-et-là autour d'eux. La secousse les fit chanceler. Ils se retournèrent. Une boule de feu s'étiolait vers les hauteurs du dôme se muant en un champignon de fumé grisâtre.
- Grox !! C'était quoi ça s'exclama Jan.


***


L'explosion ne fut qu'une lueur au loin, au moins un kilomètre. Le chasseur avait pris de la hauteur pour repérer l'excavateur. Debout sur une corniche. Se tenant d'une main à un conduit vertical, il fixa la boule de feu qui s'élevait dans l'atmosphère putride du dôme de Jonction. Moins de quatre seconde plus tard, l'onde de choc lui parvint. Il plissa les yeux. De fines colonnes de poussière tombèrent du plafond quelque part au-dessus et s'éparpillèrent dans l'air stagnant.


***


Le serviteur pénétra discrètement dans le salon. Seules ses roues émettaient un roucoulement métallique. Il s'approcha de son maître. Un vérin, dans un suintement hydraulique, l'éleva à hauteur de ses oreilles. Ce qui restait de mâchoire à l'esclave se mit en mouvement. Sans aucun son audible pour quiconque autour. Le sang d'Hector ne fit qu'un tour. La tête toujours baissée, le corps vouté, il se frottait frénétiquement les mains. Elles étaient moites. Presque suantes d'ailleurs.
- Hector. On me dit à l'instant que votre… homme, a fait du, comment dirais-je… du bon boulot.
- Euh… pardon monseigneur ? dit l'homme qui transpirait à grosses gouttes.
- Et bien en bas mon vieux. Ressaisissez-vous enfin.
- Euh oui mon seigneur.
- Je crois que nos problèmes dans cette partie de la sous-ruche sont de l'histoire ancienne. Voyez-vous, les règlements de compte entre gangs sont monnaie courante et deviennent vite des affaires classées par l'Administratum. Votre idée de tout orchestrer sur place pour donner un côté disons, "couleur locale" était très bonne. Il faudra y repenser. Allons ! Venez donc prendre un verre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Nouvelle] : -- Sale boulot --
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest, la nouvelle série en ligne
» Teste de la nouvelle "DashBoard" Xbox 360
» Campagne D&D 3.5 Nouvelle Année
» [Rumeur] Nouvelle figs Tallarn?
» présentation nouvelle equipe : Yumi Yumi!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum général sur Warhammer 40000 :: Adepta Telepatica : Créations de persos, scénarios et autres! :: Background-
Sauter vers: