Forum général sur Warhammer 40000

forum général sur warhammer 40000
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 7 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 7 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 71 le Mar 10 Mar - 17:51

Partagez | 
 

 [Nouvelle] Une journée ordinaire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Galthan Ironsturm
Héros
Héros
avatar

Masculin
Nombre de messages : 342
Age : 37
Localisation : Rennes
Humeur : A faire la chasse aux Déchus
Date d'inscription : 25/04/2009

MessageSujet: [Nouvelle] Une journée ordinaire...   Dim 9 Mar - 18:58

Voilà un petit texte sans fioritures sur les déboires d'un binôme de snipers sur Bren II.


Bren II, capitale: Brentis, 390e district, bloc C .

Ghaärth et Fuëlon progressaient, mètre après mètre, dans la poussière et le sang, le long du conduit éventré. Quelques jours plutôt les forces loyalistes avaient repris la totalité du district après dix-huit heures de combats sanglants.
Les filtres de leur masque commençaient à donner des signes de faiblesse, car la puanteur des chairs en décomposition mêlée à l'odeur du liquide inconnu coulant du pipeline leur donnait la nausée.
"j'ai pigé un truc mec ! Il suffit de respirer par la bouche !" osa Fuëlon.
"Tais-toi et avances" Maugréa le vieil Olympien.
Le point de transit était en vue, à 50 mètres à peine : un vieux bloc d'habitation, le "C".
Les deux snipers se remirent à ramper, il fallait quitter cette fange et rapidement.
Profitant d'un pilonne d'éclairage publique tombé sur le conduit, le duo s'accroupit, balayant les alentours fusil en joue.
"C'est ton tour Ghaärth ..." dit nonchalamment Fuëlon avant de stopper net sous le regard noir d'un Ghaärth passablement énervé.
Pendant que le sniper trop bavard le couvrait, "l'Ancien"s'élança à découvert sur la dizaine de mètre le séparant de l'encadrement d'une porte d'accès au bloc C.
Sa vieille blessure additionnée aux rhumatismes d'un vieux soldat d'une cinquante d'années lui firent serrer les dents.
*Ch'ui trop vieux pour ces conneries !*pensa-t-il alors qu'il couvrait son compagnon d'arme qui faisait le même chemin, un sourire agaçant aux lèvres.

* * *

Après leur bond, les deux Olympiens profitèrent de la relative sécurité de leur couvert pour prendre un peu de repos. Rations lyophilisée, viande séchée et pain de guerre était au menu depuis ces trois derniers jours de progression . Encore 2 jours et ils auraient atteins leur position, à moins qu'ils ne meurt avant.
Ghaärth tendit à Fuëlon la flasque contenant le "remontant". Ce dernier déclina la proposition, depuis qu'il avait vu un chef de Vanquisher verser le contenu dans le réservoir de son blindé afin de "relancer le moteur fatigué" -d'après ces dires-, il n'était plus aussi convaincu du bienfondé de la présence de cet alcool dans les rations de combat.

Quatre heures plus tard, ils étaient repartis, rampant de nouveaux parmi les monceaux de corps, certains dans un état de décomposition fort avancée. Au détour d'un croisement entre deux blocs particulièrement détruits, le duo s'immobilisa afin d'observer. A trois cents mètres de leur position se trouvait une escouade ennemis, déployée autour de leur Chimère. Leur positionnement ainsi que leur vitesse indiquaient qu'ils devaient être en patrouille. La mauvaise nouvelle de l'histoire était qu'ils remontaient l'axe droit vers les Olympiens. Ghaärth et Fuëlon n'avaient aucune chance face à dix hommes en armes accompagnés d'un blindé. Le discrétion était de mise. Une prière à l'Empereur aux lèvres, ils s'immobilisèrent tentant de se fondre dans l'environnement autant que cela leur était possible.

* * *

Les hérétiques n'étaient plus qu'à une dizaine de mètres des loyalistes. Ces derniers, plaqués au sol, osant à peine respirer, restaient prostré, une paire de grenades dégoupillées, juste au cas ou !
Car s'ils devaient tomber, ils emporteraient le maximum d'ennemis dans l'au-delà, question de principe.
Cinq mètres, quatre, trois, deux, ils étaient sur eux. Par chance le "binôme de choc" se retrouvait être juste sur le passage du blindé, les chenilles passant à quelques centimètres de leur tête. Il valait mieux cette situation, plutôt que l'un des renégats ne trébuche sur eux !
La patrouille les dépassa, puis bifurqua à l'intersection suivante disparaissant du champ de vision des Olympiens. Ils restèrent néanmoins en position quelques dizaines de minutes supplémentaires.
Après avoir remis en poche leurs grenades, ils continuèrent de ramper jusqu'à un abris hors de vue afin de prendre un petit "remontant. Fuëlon en repris même deux fois !
Après quelques minutes de "repos" et 2 bouteilles de "remontant", le duo allait se remettre en marche, mais fut stoppé net. Un amoncellement de nuages noirs aux reflets verdâtres gagnait leur position. Ils devaient se mettre à l'abri et vite. Les précipitations noyaient déjà le district accolé au leur, une brume maladive s'accumulait au sol. Les corps au sol commençaient à être rongés par la pluie acide.
L'orage était sur eux.
Les premières gouttes, éparses et légères, tombaient sur les deux Olympiens et déjà leurs capes de camouflage émettaient de volutes à l'endroit de chaque impact, ponctuées d'un "TZSSSS".
-Aller petit, faut pas rester là !
-Ça brûle cette merde ! s'étonna Fuëlon.
L'averse s'intensifiait, les gouttes d'acide tombaient maintenant dru et serrée, un véritable mur d'eau...ou plutôt d'acide s'abattait sur les humains. Leurs capes et sacs à dos fumaient, il devenait urgent de s'abriter.
Fuëlon vit leur refuge, l'épave d'une Chimère à moitié ensevelie sous des décombres, le sas arrière avait été arraché par une quelconque explosion, un corps, à moitié sorti, pendait de la tourelle.
-Par là Ghaärth, la Chimère ! pointant du doigt la direction.
Ghaärth acquiesça d'un signe de tête.

* * *

Le duo se mit à l'abri dans l'habitacle de transport du blindé, ce dernier rempli d'étuis d'armes automatiques, de cellules vides de fusil laser et de quelques gravats était néanmoins au sec.
Dehors le déluge continuait de plus bel, transformant les cratères d'explosion et le moindres trous en lac d'acide mortel. Les centaines de cadavres soumis à ce traitement de choc fondaient littéralement sur place, la peau, la chair, les organes et même les os se transformaient en flaques nauséabondes.
Les vapeurs acides eurent finalement raison des filtres de protection des deux Olympiens. Ils sortirent le dernier jeu et remplacèrent les anciens, rongés.
"-Merde, une cape toute neuve ! se plaignit Fuëlon
Fais chier cette putain de planète de merde, vivement qu'on se casse d'ici
-Arrête de geindre tu veux ! Le plus important est intact alors boucle la.
trancha Ghaärth en examinant son havresac lequel contenait le bien le plus précieux du binôme : le fusil lourd "HECAT MkIII"
Ce dernier, démonté et soigneusement rangé dans son container de transport était l'arme individuelle la plus puissante à disposition des snipers de la 101ème.
Mis au point et développée avec les Magos du Mechanicum, il était capable de perforer le blindage d'un Leman Russ aussi surement qu'un encombrant canon laser. Les projectils utilisé possédaient une ogive flèche "perce-blindage" en Trinitium associée à une charge explosive-incendiaire n'explosant qu'après avoir traversé les protections.
Le seul problème restait la cadence de tir ridicule. Il fallait faire mouche du premier coup.

* * *

Les minutes passaient, le temps semblait s'étirer à l'infini, dans leur abri de fortune, le moral des deux Olympiens était comme le ciel de Brentis, sombre, sinistre et torturé.
Les heures passèrent ainsi, plongeant Ghaärth et Fuëlon dans une accablante léthargie.
Puis, l'intensité diminua jusqu'à disparaitre comme elle était venue. Le ciel restait, quand à lui, menaçant.
Les deux hommes osèrent un coup d'œil rapide au dehors et furent stupéfait.
Le paysage alentour ne ressemblait absolument plus à celui qu'ils avaient quitté avant le déluge, les bâtiments en ruine s'étaient "arrondis" totalement rongés, les centaines de corps pourrissants avaient disparus, liquéfiés et coulaient maintenant le long des caniveaux, les seuls vestiges de leur présence étaient les armes, casques et gilets par-balles finissant de se désagréger.
Ils avaient échappé au pire, l'Empereur devait veiller sur eux.
Bien décidé à mener à bien leur mission, il reprirent la marche, évitant les flaques trop profondes mais surtout observant le moindre signe d'activité, car aucun des deux ne voulaient tenter un plongeon au sol.

* * *

Cela faisait maintenant un bonne heure que nos deux snipers progressaient, leurs sens en éveil. Finalement ils doutèrent quelque peu d'être sous Son regard bienveillant lorsqu'une nouvelle patrouille se présenta.
Du moins c'est ce qu'ils crurent dans un premier temps...
Une demi-douzaine de Sentinelles, une dizaine de Chimères et 2 escadrons complets de Leman Russ "Eradicator" ne représentaient pas franchement ce que l'on appelle une patrouille.
Ghaärth se saisit de ses magnoculaires et examina la colonne alors qu'elle remontait une avenue dégagée.
"- On devrait prévenir le poste avancé ! tu crois pas ?" demanda Fuëlon, "Ils risquent de ramasser cher !"
"- Et risquer de se faire repérer...dit simplement son acolyte.
- mais si on les prévient pas, ils vont leur tomber dessus par surprise...ils n'ont aucune chance face à "ça" ! pointant du doigt les blindés hérissés de pointes.
- Notre objectif n'est pas ici Fuëlon ! C'est triste mais c'est la guerre, c'est comme ça !
- Atten...voulu protester Fuëlon, avant d'être coupé net.
- Oh putain, par le Saint Empereur, il est là...prévient le Qg et vite !! se hâta le vieux soldat en préparant son HECAT MkIII.

* * *

Fuëlon activa le code de sécurité et émis son message en priorité "magenta".
Dans les secondes qui suivirent le Qg les contacta :
- Votre cible reste inchangée. Problème : vous êtes seuls. aucuns renforts dans le secteur. Puisse l'Empereur veillez sur vous. Terminé.
Fuëlon blêmit en entendant la réponse.
Ghaärth qui avait fini de monter son arme lui jeta un regard interrogateur, à la mine décomposée de son compagnon, il comprit de suite : Ils étaient seuls.
*Faut que j'prenne la quille avant d'y rester !*

Il ajusta sa mire sur son objectif, stationné à 870 mètres de sa position (d'après son optique de visée).
- 5 clics gauche et 3 clics bas, grommela -t-il.
- non 4-gauche et 3-bas précisa Fuëlon.
Il avait beau être en désaccord permanent avec son jeune co-équipier, il lui faisait confiance les yeux fermés quand il s'agissait d'estimer les distances.
Il tira la culasse à l'arrière, introduisant le projectile de gros calibre dans la chambre.
- Content d't'avoir connu ! lâcha-t-il en même temps qu'il pressa la queue de détente.
- Fais pas ch... répondit l'intéressé.
L'Eradicator avait été touché juste en dessous de sa tourelle, un trou à peine plus gros qu'un poing, puis il explosa de l'intérieur. Sous la violence de l'explosion, la tourelle fut arrachée et retomba à une dizaine de mètres de la carcasse fumante.

Aussitôt après avoir tiré, le duo descendit de deux étages, tout en passant sur la travée gauche du bloc d'habitations.
A peine étaient-ils arrivé à leur nouveau poste de feu, que les étages supérieurs étaient pilonnés par la colonne de blindés.
Ghaärth ajusta de nouveau sa mire, cette fois sur un chimère. Fuëlon prit pour cible le pilote d'un Sentinelle.
Le tir d'Hecat toucha le transport de troupe au niveau de sa chenille gauche, l'explosion pulvérisa une demi-douzaine d'hommes alors qu'ils débarquaient d'un VAB voisin.
Une sentinelle s'écroula sur sa voisine, perforant les containers de prométhéum de cette dernière.
Là encore le duo s'éclipsa rapidement.

La colonne fit de nouveau feu, et de nouveau bien au dessus de l'intrépide duo.
Ce pouvait-il qu'ils arrivent, seuls à terrasser pareil ennemis ?
La réalité leurs démontra que non, lorsqu'un obus d'Eradicator vint frapper la cage d'escaliers dans laquelle ils descendaient.
L'explosion emplit l'espace restreint de shrapnels et de flammes. Ils plongèrent dans les marches.
Quelques secondes plus tard, Fuëlon se releva et éteignit les flammes dévorant son treillis. La tête lui tournait, plusieurs entailles sanglantes étaient visibles sur son coté droit, il souffrait le martyr en respirant.
*surement une cotes ou deux de fêlées*
Ghaärth était toujours étendu, son lourd fusil à ses cotés. Il était immobile, face contre terre.
- Hey vieux, faut bouger, ils vont remettre ça ! lacha Fuëlon dans une grimace, avant de cracher du sang.
*Elles sont peut être cassées finalement..*
Mais le "vieux" ne bougeait toujours pas.
Des explosions retentirent soudain.
Fuëlon plongea sur son co-équipié, avant de s'apercevoir que le chaos venait de la colonne hérétique.
Les véhicules explosaient, soumis à un pilonnage en règle, mais Fuëlon n'arrivait pas à voir leur sauveurs. Et à vrai dire il s'en foutait éperdument de savoir qui atomisait ces crevures.
Il reporta son attention vers son binôme, le retournant avec un maximum de précaution. Une immense plaie barrait son visage, partant de l'œil gauche pour se terminer sur la maxillaire droite.
*t'étais déjà moche avant mais alors là...* pensa-t-il avec un sourire amer aux lèvres.
Plus inquiétant encore était le morceau de métal (un ferraillage de mur surement !) dépassant de sa cuisse droite.
Il essaya de stabiliser l'état du blessé avec ce qu'il avait sous la main.
Dehors, le calme était revenu.

* * *

- Si tu bouges, t'es mort ! Bannër prévient le Capitaine, on les a trouvé.
Fuëlon, mains levées, se retourna pour voir qui étaient les nouveaux venus.
Trois hommes, portant le treillis de Kaïrhan le toisait de leur carrure de lutteur.
Alors que deux d'entre eux le tenait en joue, le troisième, assis sur un gravât s'était allumé une barrette de Llho et l'observait de son seul œil valide.
- Alpha-un pour Pc, on a les snipers, ils sont de chez nous.Cage d'escalier, troisième étage, bloc 632. On attend. Terminé.
A ces mots, Fuëlon allait baisser ses mains, mais le borgne l'en dissuada :- Je te déconseille de faire ça, soldat.

Quelques minutes ( une éternité pour l'Olympien.) s'étaient écoulées, durant lesquelles, le reste de l'escouade de "gros bras" était arrivé, le "doc" avait même stabilisé l'état de santé de Ghaärth (même si le morceaux d'acier dépassait toujours de sa cuisse.)
De lourds pas se firent alors entendre dehors, un morceau de cloison à leur étage, gros comme une Chimère fut arraché par deux énormes mains métalliques, laissant apparaitre ce qui semblait être un robot ou autre automate de combat.

Faisant une bonne douzaine de mètre de haut, le géant de métal toisa un long moment l'impérial de son regard lumineux. Fuëlon, toujours les bras levés s'approcha de la paroi arrachée, et pu découvrir dans son intégralité l'étrange géant. Ce dernier, à mi-chemin entre les Sentinelles Blindées et les "Chevaliers" de l'Adeptus Mechanicus, arborait le camouflage typique des véhicules blindés de Kaïrhan. Le seul marquage présent se trouvait sur la "genouillère" gauche et l'épaulette droite du colosse. Fuëlon vit également l'arme, sans toutefois réussir à l'identifier, fixées sur l'avant bras droit. Abasourdi par ce qu'il avait sous les yeux, il se tourna vers le fumeur, mais n'eu pour seule réponse qu'un sourire en coin.
Un "Pshiiit" de décompression le fit de nouveau se retourner.
Situé sur le dessus du "torse", juste devant la tête du géant, une écoutille venait de s'ouvrir, laissant apparaitre le torse d'un homme d'une trentaine d'année, portant un débardeur noir et un étui d'épaule duquel dépassait la poignet-pistolet d'une arme.
Fuëlon remarqua le tatouage en forme de dague que l'inconnu arborait sur l'épaule droite et se rendit compte que tous, sans exception portaient le même.
- Et bien soldat, on dirait que tu as vu l'Empereur! Allons baisse les bras. L'Olympien s'exécuta.
- Je suis le Capitaine Markus Steel, commandant du groupe de combat "Serval" annonça d'une voix calme et profonde le pilote du colosse.
-Mais...que, faites vous ici Capitaine ? réussi finalement à articuler le sniper.
- Nous venons gagner la guerre soldat. répondit simplement l'officier avant de replonger au cœur de son armure.

-Épilogue-

-Aïe ! hurla Fuëlon lorsque l'aiguille pénétra une énième fois son épaule suite au cahot de la Chimère
-Désolé mec s'excusa simplement le Kaïrhaan avant de poursuivre : Ton pote ne s'est pas plain, lui !
L'Olympien porta son regard sur Ghaärth, sanglé sur la civière de l'autre coté de l'habitacle du VAB.
Ce dernier réveillé, fixait Fuëlon d'un regard noir.
*Dans quoi s'étaient-ils encore fourré ?*
*Ch'ui vraiment trop vieux pour ces conneries !!!*


-FIN-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Nouvelle] Une journée ordinaire...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une journée Ordinaire dans la vie de....
» [Shaori] Une journée ordinaire
» [Journée à Thème] organisation des tables de JdR
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest, la nouvelle série en ligne
» Teste de la nouvelle "DashBoard" Xbox 360

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum général sur Warhammer 40000 :: Adepta Telepatica : Créations de persos, scénarios et autres! :: Background-
Sauter vers: